Perspectives économiques mondiales de Vanguard pour 2020 : Une nouvelle ère d’incertitude

18 November 2019 | Marchés et économie

 Imprimer

Economie mondiale : Des tensions commerciales et une incertitude généralisée pèsent sur l'offre et la demande

Le ralentissement continu de la croissance mondiale que nous avions anticipé il y a un an a été accentué en 2019 par une détérioration du cycle industriel mondial. Une escalade généralisée de l'incertitude politique, en particulier les tensions entre les États-Unis et la Chine, a largement contribué à ce ralentissement du fait du report des investissements et des baisses de production.

Pour l'année à venir, nous ne prévoyons pas un renversement significatif des tensions commerciales qui se sont produites jusqu'à présent. Et comme l'incertitude géopolitique permanente et l'imprévisibilité dans l'élaboration des politiques deviennent la nouvelle norme, nous pensons que ces influences auront une incidence négative sur la demande en 2020 et sur l'offre à long terme. La contraction continue du commerce mondial par rapport au PIB et la persistance d'un niveau élevé d'incertitude tendent à impacter la production potentielle. Cela se produit car l'investissement a tendance à être limité et l'adoption des technologies et des idées qui stimulent la croissance de la productivité s'en trouve entravée. En conséquence, nous prévoyons que la croissance restera faible pendant la majeure partie de l'année prochaine.

Nous estimons que la croissance américaine ralentira à un rythme inférieur à la tendance pour s'établir aux alentours de 1 % en 2020, les États-Unis évitant probablement une récession technique, qui est généralement décrite comme deux trimestres successifs de contraction économique. La croissance de la Chine a également été inférieure à son taux cible de 6 % cette année et ralentira probablement à un rythme inférieur à la tendance de 5,8 % en 2020. L'économie de la Zone Euro a continué à ralentir du fait du recul des échanges commerciaux industriels, dont l'économie est fortement dépendante, et des freins liés à l'incertitude autour du Brexit. La croissance dans la Zone Euro devrait rester faible, aux alentours de 1 %. La croissance des marchés émergents a connu un repli plus important en Asie qu'en Amérique latine et dans certaines parties de l'Europe en raison du ralentissement des échanges commerciaux internationaux. Cette divergence devrait persister en 2020, les marchés émergents d'Asie continuant à ralentir, tandis que la croissance des marchés émergents d'Amérique latine et d'Europe se renforcera légèrement par rapport à 2019.

Inflation mondiale : La crédibilité de l'inflation continue d'échapper aux banques centrales

Ces dernières années ont été caractérisées par l'incapacité permanente des grandes banques centrales à atteindre leurs objectifs d'inflation. Cela peut s'expliquer en partie par une combinaison de facteurs structurels persistants — notamment les avancées technologiques et la mondialisation — qui poussent certains prix à la baisse, et par l'incapacité manifeste des marchés des produits et du travail à répondre à la baisse du chômage et à l'augmentation des contraintes en termes de capacités.

Tant que ces forces séculaires perdureront et que les écarts de production se creuseront pendant la période de ralentissement actuelle, l'inflation restera probablement faible. Nous prévoyons que l'inflation atteindra à peine 2 % aux États-Unis, l'indicateur de l'inflation sous-jacente de la Réserve fédérale demeurant en-dessous de son objectif de 2 %. De même, l'inflation sera probablement inférieure aux objectifs des banques centrales de la Zone Euro et du Japon.

La crédibilité de la politique monétaire est un facteur déterminant essentiel de l'inflation. Pendant des années, les prévisions inflationnistes des consommateurs et des marchés financiers ont toujours été inférieures à la plupart des objectifs de politique monétaire, ce qui soulève de plus en plus de doutes quant à l'efficacité de la politique monétaire pour diverses raisons, certaines techniques, d'autres politiques.

Ces prévisions inflationnistes faibles confortent nos perspectives d'évolution modérée de l'inflation.

Politique monétaire : Le passage à un assouplissement de la politique monétaire se poursuit

En 2019, les banques centrales mondiales ont rapidement changé de cap, passant d'un durcissement réel et attendu des politiques monétaires à des mesures de relance supplémentaires face à la détérioration des perspectives de croissance et aux insuffisances constantes des niveaux d'inflation.

La Réserve Fédérale américaine (Fed) ayant réduit ses taux de 75 points de base jusqu'à présent en 2019, nous nous attendons à ce qu'elle finisse par dépasser le cadre des « baisses de taux de sécurité » et baisse davantage le taux des fonds fédéraux de 25 à 50 points de base d'ici fin 2020. La Banque Centrale Européenne (BCE) a encore abaissé son taux directeur en territoire négatif, de 10 points de base, à -0,5 %. En 2020, nous nous attendons à ce que la BCE maintienne sa politique telle quelle. Les risques tendent vers un nouvel assouplissement sous la forme de nouvelles baisses de taux et d'un élargissement potentiel du programme d'assouplissement quantitatif de la BCE.

Malgré les doutes sur l'efficacité de nouvelles mesures de relance monétaire, nous ne nous attendons pas à ce que les mesures de politique budgétaire soient mises en œuvre à une échelle suffisante pour stimuler significativement l'activité. La Chine a cessé d'encourager activement le désendettement et va probablement intensifier ses mesures de relance monétaire et budgétaire dans un contexte de turbulences croissantes. Ces initiatives devraient être calibrées pour permettre un atterrissage en douceur plutôt qu'une forte reprise de la croissance, compte tenu des préoccupations des décideurs politiques en matière de stabilité financière.

L'accroissement des risques à la baisse pesant sur la croissance et l'inflation modérée pourraient inciter la Banque du Japon à affiner son cadre de politique monétaire, mais toute action sera probablement modeste, avec des mesures compensatoires prises pour atténuer l'impact négatif sur les établissements financiers. Les pays émergents devraient assouplir leur politique monétaire en même temps que la Fed.

Perspectives d'investissement à l'échelle mondiale : Les rendements sont appelés à rester modestes 

A mesure que la croissance mondiale poursuivra son ralentissement en 2020, les investisseurs doivent s'attendre à des épisodes périodiques de volatilité sur les marchés financiers, compte tenu de l'accroissement des incertitudes politiques, des risques de ralentissement économique, et des valorisations excessives. Nos perspectives à court terme pour les marchés d'actions mondiaux restent prudentes, et le risque d'un recul important pour les actions et autres actifs à bêta élevé demeure important et considérablement plus grand qu'il ne le serait dans un environnement de marché normal. Les actifs obligataires de haute qualité, dont les rendements prévisionnels ne sont positifs qu'en valeur nominale, restent un facteur clé de diversification pour un portefeuille.

Il faut s'attendre à ce que les rendements au cours des dix prochaines années soient au mieux modestes. Les perspectives de rendement des titres obligataires se sont encore assombries en raison de la baisse des taux directeurs, de la diminution des rendements sur l'ensemble des échéances et de la compression des spreads des obligations d'entreprises. Les perspectives pour les actions se sont légèrement améliorées par rapport à nos prévisions de l'an dernier, grâce à des valorisations légèrement plus favorables, la croissance des bénéfices ayant dépassé celle des cours du marché depuis le début de 2018. Les rendements annualisés des titres obligataires de la Zone Euro et des titres obligataires mondiaux hors Zone Euro devraient tous deux se situer entre 0 et 1,0 %, ce qui est légèrement inférieur à la fourchette prévue au même moment l'année dernière. Pour le marché d'actions de la Zone Euro, le rendement prévisionnel annualisé pour les dix prochaines années se situe dans une fourchette de 4,5 à 6,5 %. Les rendements prévisionnels sur les marchés d'actions mondiaux hors Zone Euro sont plus faibles, aux alentours de 2,5 à 4,5 % pour les investisseurs en titres libellés en euros.

A moyen terme, nous prévoyons que les banques centrales finiront par reprendre la normalisation de la politique monétaire, ce qui devrait permettre de relever les taux directeurs par rapport aux niveaux dépréciés que nous pouvons observer actuellement. Cela conduira à des valorisations plus attractives pour les actifs financiers. Néanmoins, les perspectives pour les rendements devraient rester bien inférieures à ce que nous avons connu lors des décennies précédentes et lors des années ayant suivi la crise, lorsque les actions mondiales ont progressé de 10 % par an, en moyenne, après la dépression du repli du marché. Compte tenu de nos perspectives de ralentissement de la croissance économique mondiale et des prévisions inflationnistes modestes, les taux directeurs et les rendements des actifs devraient rester plus longtemps faibles par rapport aux niveaux historiques.

 

Informations importantes concernant les risques :

La valeur des investissements, et les revenus qu'ils génèrent, peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer la totalité de leur investissement. La performance passée n'est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Cet article est réservé aux investisseurs professionnels, tels que définis dans la Directive MiFID II. En Suisse, réservé aux investisseurs institutionnels. Distribution publique interdite.

Autres informations importantes :

Cet article a pour unique objectif de former et d'informer et ne constitue pas une recommandation ou une sollicitation en vue de l'achat ou de la vente d'investissements.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et des personnes citées et peuvent ne pas représenter celles de Vanguard Asset Management, Ltd ou de Vanguard Investments Switzerland GmbH.

Publié par Vanguard Asset Management, Ltd, société agréée au Royaume-Uni par la Financial Conduct Authority et soumise au contrôle de celle-ci. Publié en Suisse par Vanguard Investments Switzerland GmbH.

 

 Imprimer